La Discipline équestre de monte en Amazone

La monte en amazone, vue de droite, de gauche, de face:

La monte en amazone - vue de droite.
Crédits photo: Pascal Ratthé

On remarque que la cavalière semble "posée" sans jambe sur le cheval; seul le quartier de selle est visible; une badine (cravache fine de dressage tenue en main) remplace la jambe pour indiquer et remplacer précisement les positions qu'auraient eu la jambe: le cheval doit pouvoir concevoir la substution des positions de jambes par un autre objet, ce qui sollicite son intelligence et la patience de son entraineur.

 

Vue de face
Crédits photo: Pascal Genest

Le sabot d'étrier est ici apparent sous la robe, ainsi que la badine est tenue en main à droite, en substitut de la jambe gauche, pour demander les changements d'allures et tout déplacement latéral au cheval.

 

 

 

Vue de gauche.
Crédits photo: Christian Sirois

La balancine - une seconde sangle de sécurité placée derrière la sangle principale, maintient l'équilibre de la selle en dépit de l'absence de jambe à droite: ceci est le secret de l'équilibre des amazones, dont les deux jambes sont à gauche ; ainsi la cavaière semble littéralement "posée" sur le cheval, à l'image de sa jambe droite reposant, pliée, sur l'encolure.



Entrevue vidéo portant sur la discipline:
Réalisée par Martin Landry

 

 

1/ Historique et actualité sur la monte en amazone
2/ Conditions physique et pré-requis pour l'amazone
3/ Choisir son cheval
4/ Choisir sa selle
5/ Choisir sa tenue
6/ Trucs et astuces de l'amazone

1/ Historique et actualité sur la monte en amazone

Traditionnellement, la monte en amazone se situe dans une approche relativement conservatrice, qui tendait à permettre aux femmes d'accompagner décemment les hommes lors de chasse à courre, sans nuire à la bienséance, puisqu'il était fort mal vu qu'une "dame" monte à califourchon jusqu'à la première moitié du XXème siècle, notamment dans certains milieux de noblesse ou haute bourgeoisie de pays anglo-saxons.

Ceci n'est bien sûr plus du tout d'actualité aujourd'hui, puisque l'on monte ainsi aujourd'hui par choix, tant pour le confort et la "sensibilité" particulière qu'offre cette disciplie avec la monture, que pour l'esthétique relevant d'un art équestre assez proche du spectaculaire (et du défi sportif et gravitionnel!), qu'elle permet de développer.

Ceci dit, historiquement, cela n'a pas toujours été ainsi, et nombre de femmes, curieusement à des périodes antérieures, montaient à califourchon sans qu'on y trouve à redire (notamment au moyen-âge, période peut être plus "libérale" du côté des moeurs).

Par ailleurs, pour briser tout de suite un préjugé tenace, rappelons que les hommes aussi ont longtemps monté en amazone, notamment lorsque les "maîtres" de haute école avaient à débourrer un cheval particulièrement fringant, anxieux ou ombrageux. Ainsi, le seul fait qu'il soit tout d'abord sensibilisé au contact d'une seule jambe d'un côté permettait de le mettre en confiance, en évitant que "l'étau" des 2 jambes du cavalier ne se referment sur lui lors de réactions spontanées d'anxiété qui obligeaient à le faire par sécurité (ce qui, on s'en doute, ne faisait sinon qu'empirer le mal), problème évité grâce à la "prise de sécurité" ou "d'urgence" rendue possible grâce aux fourches.

2/ Conditions physique et pré-requis pour l'amazone

Cette discipline est exigeante, tant pour le cheval qui supporte un centre de gravité et poids décalés sur son dos, que pour l'amazone qui doit aligner son buste à contre-courant de la position angulaire de ses jambes, et être capable d'absorber en selle toute situation imprévue. L'absence de soutient et d'appui sur la droite la maintient dans une situation relativement précaire (surtout avec les selles sans 3ème fourche de sécurité, comme sur la photo). Anticiper les écarts, rasssembler et maîtriser le cheval rapidement nécessitent :

  • vigilance
  • concentration
  • rapidité et coordination dans les réflexes
  • Les 3 "C": Calme, confiance et communication avec sa monture
  • D'excellents abdominaux!



Sauts, réactions imprévues du cheval et écarts: des situations à bien maîtriser dans cette discipline, qui requièrent généralement plusieurs années d'expérience en selle préalables.


3/ Choisir son cheval

Tout cheval de bon caractère, ayant un dos suffisament court et fort pour supporter aisément un transfert de poids important de côté peut convenir pour cette discipline.
On choisira la monture davanatage selon des considérations de caractère et de comportement (tel un cheval fiable, peu porté à faire des écarts, dangeureux pour la cavalière, de bonne nature et sachant s'adapter rapidement).

Cependant, certaines races sont particulièrement recherchées pour ce type de monte, dont les races Morgan et Hockney aux USA (très courantes dans l'État du Vermont) ; les chevaux canadiens au Canada; les lusitaniens et autres chevaux hispaniques en Europe; et les Frisons en Flandre.



Cheval Canadien

 


Morgan

 

Frison

4/ Choisir sa selle

Nous recommandons fortement d'éviter à tout prix les selles de basse qualité dans la confection des cuirs, l'angle inapté des fourches ou du siège: votre vie en dépend. Nombre de selles en provenance d'Inde et d'amérique du Sud ne sont que de belles pièces de décoration, mais absolument pas sécuritaire et adaptée à une monte régulière. Pour éviter tout accident, il faut savoir investir judicieusement. Par ailleurs, nous recommandons aussi l'achat de nouveaux types de selles où une amorce de 3eme fourche est présente, laquelle renforce l'assise et la sécurité en selle (certains modèles western ou hispaniques l'offrent). Enfin, oubliez les selles antiques: les cuirs, vieux et usés, les arçons pouvant présenté des fissures ou avoir subi des chocs, sont souvent le plus court chemin vers l'hopital! Exposez-les dans votre salon, mais tenez-les loin des chevaux!

5/ Choisir sa tenue


Annick Beland sur Gangster et Samuelle sur Joee Des Aulnais
Carrousel d'amazones
lors du Festival de Ste Rose en Blanc (Ouverture) (02/02/2008), centre ville de Laval, QC.

Pour une monte régulière et d'entrainement, le port d'un tablier d'amazone ou d'une jupe ample de piètre qualité suffisent amplement. Ne risquez pas vos belles tenues pour la répétition du jour, au risque de voir vos jupons déchirés notamment lorsque vous vous mettez en selle ou mettez pied à terre. Voici un exemple de patron de tablier traditionne, à coudre; il a l'avantage de se placer par-dessus le pantalon d'équitation classique sans vous gener ni risquer de marches dessus, car l'arriere de vos jambes est libre. En selle, il couvre cependant vos jambes dans le respect de la monte.

7/ Trucs et astuces de l'amazone

Il est une méthode simple, peu connue et peu dispendieuse de remédier à un problème d'angle des fourches de votre selle lorsque celles-ci sont inadaptées à votre tour de cuisse (notamment si elles sont trop grandes ou présentent un angle trop ouvert par rapport à votre gabbarit et qu'il s'en suit un flottement dans la selle pouvant remettre en cause votre équilibre en cas de "prise de sécurité" lors d'une urgence).

Il suffit de "coiffer" la fourche au-dessus de votre jambe gauche d'une paire de chaussette afin de la "gonfler" et ainsi, la "modeler" selon l'épaisseur voulue et adaptée à votre tour de cuisse (il faudrait avoir un jeu de 2 doigts d'espace libre au-dessus de la cuisse quand la jambe est au repos dans l'étrier). Vous emmitouflerez le tout par la suite très solidement avec du sparadrap ultra résistant. Pour les besoins d'une exigence esthétique réussie, il vous suffit par la suite de recouvrir le tout (après essai en selle, bien sûr, aux trois allures pour tester le tout et sa solidité), de le recouvrir d'une pièce de cuir ou de simili-cuir aux couleurs de votre selle, cousu en respectant la forme établie "d'emmaillotage" du tout, et collée à l'ensemble avant positionnement final sur le sparadrap du dessous. Cela tiendra ainsi le tout en place, de façon esthétique, harmonieuse avec la selle et surtout désormais plus sécuritaire.
Et vous venez de vous faire une selle à votre mesure à peu de frais!